Juger, réprimer, accompagner. Ethnographie du coeur de l’Etat

par fabricefernandez

L’État est le plus souvent représenté comme une entité abstraite et neutre. Or il est fondamentalement une réalité concrète et située, qui s’incarne dans le travail de ses agents. Ceux-ci ne se contentent pas d’appliquer des directives et des procédures ; les jugements qu’ils formulent et les émotions qu’ils ressentent sont partie prenante de leurs décisions, dont la somme constitue l’action publique. Autrement dit, l’État est également une entité morale. C’est ce que montre cet ouvrage qui, au fil d’une enquête ethnographique de cinq années, s’attache à comprendre l’ordinaire du fonctionnement de l’État à travers un ensemble d’institutions : la police, la justice, la prison, les services sociaux et la santé mentale, qui ont en commun d’avoir affaire, en large part, aux mêmes publics, composés d’individus de milieux populaires et précaires ou d’origine immigrée. Défini dans cette tension entre les politiques telles qu’elles se décident au sommet et les pratiques des agents dont les valeurs et les affects sont eux-mêmes nourris par les débats autour des problèmes sociaux qui font leur quotidien, l’État apparaît simultanément dans ses fonctions contradictoires d’État social en recul, d’État pénal en expansion et d’État libéral qui attend toujours plus de ses sujets. Cette attention à la manière dont la morale s’inscrit dans l’action publique participe ainsi de sa repolitisation.

Ouvrage sous signature collective paru aux éditions du Seuil en octobre 2013
Les auteurs :

Fassin Didier,
Bouaga Yasmine,
Coutant Isabelle,
Eideliman Jean-Sébastien,
Fernandez Fabrice,
Fischer Nicolas,
Kobalinski Carolina,
Makaremi Chowra,
Mazouz Sarah,
Roux Sébastien

About these ads